Que célèbre-t-on le 11 novembre 1918 ?

11-novembre-1918On célèbre l’armistice, signée le 11 novembre 1918 à 5 h 15 qui marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et la capitulation de l’Allemagne.
Le cessez-le-feu est effectif à onze heures, entraînant dans l’ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d’une guerre qui a fait plus de 18 millions de morts et des millions d’invalides ou de mutilés.
Les généraux allemands et les généraux alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne.

Plus tard en 1919, à Versailles, ils signeront le traité de Versailles.

En savoir plus sur le 11 novembre !
Le dernier jour de guerre a fait près de 11 000 tués, blessés ou disparus.
Certains soldats ont perdu la vie lors d’actions militaires décidées par des généraux qui savaient que l’armistice avait déjà été signé.

Par exemple le général Wright de la 89 ème division américaine prit la décision d’attaquer le village de Stenay afin que ses troupes puissent prendre un bain, ce qui engendra la perte de 300 hommes.

L’américain Henry Gunther est généralement considéré comme le dernier soldat tué lors de la Première Guerre mondiale, 60 secondes avant l’heure d’armistice, alors qu’il chargeait des troupes allemandes étonnées parce qu’elles savaient le cessez le feu imminent (proche).

La date de décès des morts français du 11 novembre a été antidatée (avancée) au 10 novembre par les autorités militaires pour qui il n’était pas possible ou trop honteux de mourir le jour de la victoire.

Tous ces événements (qui ont été révélés bien après le 11/11/1918) montrent la bêtise et l’horreur de la guerre !

11-novembre-1918-2
Photo prise juste après la signature de l’Armistice avec au premier plan le maréchal Foch, encadré par les amiraux britanniques Hope et Rosslyn Wemyss.
11-novembre-1918-3
L’emplacement du wagon de Foch, dit wagon de l’Armistice. Au fond, le musée qui abrite un wagon similaire.

11-novembre-1918-4
La réplique actuelle du wagon de l’Armistice.

Commémoration de la fin de la guerre d’Algérie

20-mars-2016 La Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, a cette année été commémorée le Dimanche 20 Mars sur la place des anciennes écoles à Beaumont sur Lèze. Après une messe dite à 11 h en l’Eglise St Martial, le convoi des anciens combattants et des citoyens a remonté la rue du Presbytère, mené par la fanfare de Lezat.

Face au Monument aux morts, Messieurs Jean CANAL et Pierre SELGINE, membres du bureau de la FNACA, ont déposé une gerbe. Après la minute de silence, Mr CAZAJUS, président de la FNACA, a salué la mémoire des disparus, de la jeunesse fauchée, et insisté sur le nécessaire devoir de paix et de réconciliation, dans le respect des valeurs républicaines.

Dominique BLANCHOT, premier adjoint au Maire de Beaumont, a ensuite lu le discours de Mr Jean-Marc TODESCHINI, secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et à la Mémoire, évoquant l’universalité de la souffrance dans ce conflit, et la nécessité, 56 ans après le cessez-le-feu, d’accorder les mémoires sur ce passé douloureux.

Enfin, tous se sont retrouvés autour d’un apéritif républicain offert par la Municipalité.

20-mars-2016 20-mars-2016 20-mars-2016 20-mars-2016 20-mars-2016 20-mars-2016
20-mars-2016 20-mars-2016

Commémoration du 11 Novembre 2017

11-nov-2017
Devant une assistance fournie, cette cérémonie débuta par l’intervention des enfants présents qui ont récité un poème appris en classe avec leur enseignante Madame Gras (14-18 folie meurtrière de J.H. Frougier).

Puis, monsieur le Maire lut le discours officiel de la Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre des armées.
En ce 11 novembre, lors de ce vibrant hommage à l’ensemble des victimes de la guerre, Monsieur Cazajus, Président de la FNACA, égrena la longue liste des beaumontais morts pour la France.

La cérémonie fut clôturée par le pot de l’amitié qui permit des échanges entre les différentes générations présentes.

Comme chaque année, il est important que perdure ce devoir de mémoire.

Commémoration du 8 Mai 2017

Discours de M le Maire pour la commémoration du 8 mai

Mes chers amis

L’occasion m’est donnée de m’exprimer aujourd’hui devant vous qui vous êtes déplacés pour participer à cette commémoration.
Merci d’être là, merci, d’oeuvrer chaque année pour que perdure notre devoir de mémoire, c’est-à-dire notre obligation morale de se souvenir d’un événement historique tragique et de ses victimes afin de faire en sorte qu’un événement de ce type ne se reproduise pas.
Un moment de recueillement pour honorer nos combattants, nos morts, nos mutilés, nos héros qui au prix de leur vie ont défendu non seulement leur nation mais aussi et surtout la liberté, la fraternité et la paix, tels des citoyens du monde que nous sommes toutes et tous.
Afin aussi, de pointer les responsabilités de ceux, fascistes et collaborateurs qui organisèrent la déportation, le génocide et l’horreur. Et au lendemain d’une élection présidentielle d’un niveau de bassesse jamais atteint d’être lucides pour encore et encore expliquer à nos enfants que des discours dont le terreau est composé de haine, d’opposition des uns aux autres, de stigmatisation de ce qui ne porte pas la même couleur ou qui ne rentre pas dans le moule du politiquement acceptable, que ces discours sont à bannir, à combattre et à condamner tant ils portent en leur sein les stigmates rappelant les périodes les plus noires de notre Histoire.
Oui il est encore plus primordial en ces temps incertains où la guerre a pris d’autres formes, où les ennemis s’appellent terroristes ou obscurantistes, de porter fièrement les valeurs de la République.
Car elle en a bien besoin.
Besoin d’écoute et de dialogue
Besoin de plus d’égalité et de fraternité, de moins d’égoisme et de repli sur soi
Besoin de plus de justice sociale
Mais nous sommes aussi présents pour rappeler que la misère, la remise en cause des acquis sociaux, le nivèlement par le bas sont autant d’éléments qui favorisent l’extrémisme réactionnaire et le populisme visant à nous asservir à la dure loi de l’argent roi.
Oui je me lâche aujourd’hui en souvenir de nos aînés qui se sont battus pour des valeurs humanistes et j’assume pleinement ma position, tant je suis abasourdi et désespéré de voir que les repères essentiels de nos démocraties sont en train de fondre comme neige au soleil.
Le pays, au lendemain de l’élection du futur Président de la République, vit des heures graves. Ce second tour est, à nouveau, une très sérieuse alerte pour toutes celles et ceux qui sont attachés à la démocratie et à l’égalité. C’est le résultat de la banalisation des idées d’extrême droite et la seule réponse, afin d’éviter qu’in fine l’ennemi s’engouffre encore plus dans une brèche déjà béante, c’est de tourner le dos à la politique que nous subissons depuis bien longtemps. Ce que nous vivons est le résultat de décennies d’alternance politiques défavorables aux intérêts populaires, de trahisons et de renoncements des gouvernements successifs.
Alors, des moments comme celui-ci permettent de retisser des liens, de prendre des engagements pour que jamais, non jamais nous n’abandonnions nos explications envers les populations les plus jeunes. Rien n’est jamais définitivement acquis, encore moins la paix. Alors soyons fiers d’être ici présents, ne soyons pas frileux face à nos éternels démons qu’ils se nomment peste ou choléra et qui visent à nous asservir et nous avilir.
Redressons-nous et soyons fiers d’être là tels de fervents défenseurs de la Liberté, de l’égalité, de la fraternité et de la paix.
Vive la Démocratie
Vive la République
Vive tous les citoyens du Monde !